Máni, de Rennes à Vík.

« Je m’appelle Antoine, mais en Islande tout le monde m’appelle Máni (« Lune »), un prénom qui m’a été donné le tout premier soir de mon premier séjour ici, par des islandais un peu alcoolisés mais très sympathiques.
Je suis arrivé pour la première fois en Islande il y a 4 ans. Au départ j’étais venu sans but particulier, pour voyager un peu.

J’ai passé deux jours à Reykjavík, puis je suis parti sur la route du Sud en auto-stop. J’avais dépensé tout mon argent, alors je me suis arrêté à Vík, un village de 500 habitants à 300 km de la capitale, et j’ai travaillé une semaine et demie dans une auberge de jeunesse. Puis je suis retourné finir mes études de traduction à Paris pendant un an, avant de revenir très vite dans ce pays que j’avais tout simplement adoré !

À mon retour j’ai travaillé principalement dans le tourisme et la traduction, j’ai vécu à Reykjavik, puis dans l’Est de l’Islande avant de poser durablement mes valises à Vík, que j’avais découvert lors de mon premier voyage. Ici je tiens une auberge de 4 chambres en compagnie de mon chien qui lui aussi s’appelle Máni, c’est d’ailleurs pour cette raison que je l’ai adopté !

Au fil du temps, je m’intègre dans le village. Chaque année en octobre, les habitants de Vík se retrouvent pour un festival d’art et culture appelé « Regnbogahátið » (« le festival de l’arc en ciel »). Cette année, pour l’occasion, j’ai écrit une chanson en Islandais qui parle de mon attachement à Vík et ses environs, malgré le fait que je ne sois pas d’ici. Je l’ai chantée devant tous les habitants réunis et ça les a beaucoup touchés. Aujourd’hui même les anciens me disent bonjour dans la rue, c’est un pas de plus vers l’intégration ! »

➤ Sa bonne adresse en Islande: Hjörlefshöfði, un endroit un peu en dehors des sentiers touristiques proche de Vík où l’on trouve de très belles grottes.